• dechristagos4

DYSMOPHOPHOBIE MUSCULAIRE : TRAITEMENT NATUREL

Dernière mise à jour : 11 août

La dysmorphophobie est une pathologie mentale qui plonge le sujet dans une obsession de défaut physique imaginaire. En effet, les personnes souffrants de cette maladie, passent des heures, chaque jour, à s’inquiéter des défauts qu’elles perçoivent. Toutes les parties du corps peuvent être concernées. Très souvent, les malades de dysmorphophobie n'ont même pas connaissance qu’ils sont affectés par un trouble psychique. Comment y remédier naturellement ? Lisez cet article pour le savoir.

Nous contacter !


Dysmophophobie musculaire traitement naturel


Qu’est-ce que la dysmorphophobie musculaire ?

La dysmorphophobie musculaire, encore appelée dysmorphie musculaire ou ‘complexe d’Adonis’, est un trouble psychiatrique récent. Il a seulement été identifié en 1990 aux Etats-Unis. En effet, c'est une forme d’anorexie inversée chez l’homme, qui agit sur son apparence en se musclant toujours davantage pour sculpter son corps afin de le rendre impressionnant. Contrairement à l’anorexique qui s’affirme en s’effaçant physiquement, la personne souffrant de dysmorphie musculaire cherche à s’affirmer par un développement physiquement.


Les causes de la maladie

Les facteurs favorisant l’apparition de ce trouble sont divers. Tout d’abord, il faut préciser le rôle des variables socio-environnementales, car les médias ne cessent de proposer des normes de beauté masculine fortement axées sur un physique musclé et tonique. Les icônes sportives peuvent également représenter dans l’univers masculin un modèle à atteindre à tout prix.

Un autre facteur de risque est la présence d’états émotionnels négatifs, qui, à leur tour, sont influencés par d’autres variables psychologiques, telles que :

  • la faible estime de soi,

  • l’insatisfaction par rapport à son corps et la distorsion de l’image corporelle.

Enfin, chez les individus ayant de la vigueur, il y a un niveau élevé de perfectionnisme, qui nourrit l’idéal du corps parfait, diminuant le degré de satisfaction personnelle avec leur corps.

Plusieurs études ont montré que, contrairement aux individus exerçant des activités normales d’haltérophilie, ceux qui souffrent de vigueur présentent des symptômes psychopathologiques tels que l’anxiété et la dépression. Ces symptômes découleraient d'une préoccupation excessive de l’apparence physique d’une personne.


Quels sont les symptômes de la dysmorphophobie ?

La dysmorphophobie peut se manifester brusquement ou progressivement. En effet, l’intensité des symptômes varie d’un patient à un autre, mais elle persiste ou s’aggrave lorsqu’elle n'est pas bien traitée.

Le trouble se traduit par :

  • des obsessions sur le défaut perçu ;

  • camouflage des parties du corps qui font défaut (port de gants, d’écharpe, de chapeau, etc.) ;

  • passer plus de temps à se regarder dans un miroir et à examiner profondément ce défaut imaginaire ou au contraire, l’éviction de toute surface ou miroir pouvant refléter son image ;

  • de multiples consultations auprès des professionnels de santé ;

  • l’isolement social ;

  • anxiété ;

  • dépression et autres ;

  • recours à la chirurgie esthétique.

Les personnes qui souffrent de la dysmorphophobie peuvent être préoccupées, simultanément, par :

  • un début de calvitie,

  • des rides,

  • acnés,

  • les pilosités corporelles excessives,

  • taille,

  • les oreilles,

  • nez,

  • les seins, etc.

Certains hommes, malgré qu’ils possèdent un physique athlétique, ont l’impression que quelque chose ne va pas et s’engagent à améliorer leurs performances musculaires, en faisant divers exercices : on parle de la dysmorphie musculaire.

De plus, les patients de la dysmorphophobie sont très soucieux et s’inquiètent au quotidien, de leur situation, durant des heures. D’autres ont même la certitude qu’ils sont source de moquerie ou de fixation. Toutes ces situations peuvent les pousser à ne pas vouloir apparaitre en public et ainsi, ne plus aller au travail, ne plus aller à l’école ou ne participer à aucun évènement social.


Quelles sont les complications possibles ?

En cas de non-prise en charge de la dysmorphophobie, les conséquences peuvent s'aggraver. À ce sujet, en cas de réalisation de la chirurgie esthétique ou du recours aux procédures médicales, des conséquences considérables sur le corps de la personne peuvent être observées.

De même, le retrait social ainsi que l’esquive de certaines activités peuvent dégrader l’état moral du patient. Dans les cas les plus sévères, ce phénomène peut conduire au suicide.

Découvrez aussi : www.ndiasante.com

www.remedebio.com

www.tisaneafricaine.net

www.fadhila-bio.com


Comment traiter naturellement la dysmorphophobie musculaire ?

Face à cette pathologie, il est important de procéder à une thérapie qui a pour but de faire retrouver à l’homme une meilleure confiance en lui. En effet, cette dernière ne passe pas que par le physique, même si ce dernier est essentiel. Il faut surtout prendre en compte le mental. La dimension psychique et la dimension physique doivent être, en effet, considérées simultanément à part égale.

Joignez-nous directement ici, afin de découvrir nos différents remèdes naturels.

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout