top of page

synéchies



Encore appelée Syndrome d'Asherman, une synéchie utérine est une adhérence intra-utérine. En d'autres termes, une synéchie utérine correspond à des accolements plus ou moins étendus des tissus de l'utérus. C'est une affection gynécologique fréquente qui peut aussi se traduire par la destruction de la couche basale de la muqueuse utérine.


On en distingue de plusieurs types. Les synéchies intracervicales pour les synéchies qui se situent au niveau du col de l'utérus. On distingue aussi les synéchies isthmiques, les synéchies corporéales ou encore les synéchies cornuales. Elles peuvent occuper une partie ou la totalité de la cavité utérine. On parle de synéchie partielle ou totale.



Les signes d'une synéchie utérine


Il faut savoir qu'une synéchie utérine peut ne pas présenter de symptômes. On les découvre très souvent fortuitement, lors d'un examen de routine ou d'un bilan de fertilité. Cependant, il arrive qu’une synéchie utérine présente des symptômes. Certaines femmes souffrent d’aménorrhée (absence de règle) ou d’oligoménorrhée pour parler de règles peu abondantes. Ce sont des pathologies secondaires qui résultent de la présence de synéchies utérines. Un autre signe de la présence de synéchies est la difficulté de concevoir.


D’ailleurs, la plupart des femmes découvrent la présence de synéchies au niveau de leur cavité utérine à la suite d’un examen de fertilité. En réalité, la présence de synéchies empêche la fusion entre l’ovule et le spermatozoïde et donc le développement de l’embryon. Si cette fusion produit quand même malgré la présence de synéchies, alors c’est l’implantation de l’embryon qui sera rendue impossible à cause de la présence de synéchies utérines au niveau de la cavité utérine de la femme. Un autre signe clinique d’une potentielle présence de synéchies est les fausses couches à répétition.


La cavité utérine étant réduite et de mauvaise qualité, l’embryon ne peut pas se fixer. Il est donc rejeté d’où les fausses couches. Si vous souffrez de l’un de ces problèmes, c’est que probablement vous souffrez des synéchies. Alors, ce n’est pas toujours une certitude. Il peut s’agir d’une autre pathologie gynécologique. C’est pour cette raison qu’il est important de consulter après l’apparition des premiers signes cliniques.

*


Les possibles causes de synéchies utérines


Qu’est-ce qui cause les synéchies utérines. Comme on vous l’expliquait plus haut, une synéchie est une réaction due à la destruction de la couche basale de la muqueuse utérine. Pour comprendre donc ce qui entraîne les synéchies, il faut comprendre ce qui provoque le traumatisme de la muqueuse utérine dû à la destruction de sa couche basale.


Il peut s’agir d’une infection utérine, d’une endométrite, une tuberculose génitale ou encore d’une infection sur stérilet. Une synéchie utérine peut également être due à :

  • Un curetage ou une aspiration pour fausse couche précoce,

  • À une interruption volontaire de grossesse, curetage post abortum ou post-partum,

  • À une rétention d’une grossesse arrêtée, rétention placentaire après un accouchement ou après interruption de grossesse,

  • Une hystéroscopie opératoire avec résection de fibrome, résection de polype, cure de malformation utérine, endométrectomie, fausse route lors de la dilatation cervicale,

  • Une myomectomie, conisation,

  • Une atrophie importante de l’endomètre par carence hormonale liée à la ménopause,

Certains facteurs peuvent également favoriser la survenue d’une synéchie utérine à la suite d’un traumatisme de l’endomètre. Il peut s’agir d’un utérus ramolli en cas de grossesse avancée ou de rétention d’un œuf mort, d’une infection dans les suites de l’évacuation utérine ou encore de la présence de deux zones traumatisées au niveau de l’endomètre situées en regard, favorisant ainsi la cicatrisation sous forme d’un « pont fibreux » par contact direct.


Le diagnostic d’une synéchie utérine


Il faut bien plus qu’un examen gynécologique pour diagnostiquer une synéchie utérine. De plus, le diagnostic d’une synéchie doit être évoqué puis confirmé lorsque sa présence provoque des troubles du cycle ou une infertilité. Pour ce faire, plusieurs techniques peuvent être utilisées. On distingue donc l’échographie pelvienne qui est souvent effectuée en première intention et qui est souvent associée à une hématométrie.


L’Hystérosalpingographie


C’est une technique permettant d’explorer la perméabilité des trompes. On l’utilise dans le cadre d’un bilan de fertilité ou pour apprécier la morphologie de la cavité utérine dans le cadre d'un bilan de fausses couches précoces à répétition. Les médecins l’utilisent pour diagnostiquer la présence de synéchies au niveau de la cavité utérine.


Hystéroscopie diagnostique


Cet examen permet de visualiser directement la synéchie. Il permet de connaître avec précision la position, l’étendue et la qualité de l’endomètre restant au niveau de la cavité utérine. En cas de pronostic favorable, ce bilan permet de poser l’indication opératoire lorsqu’un traitement chirurgical est envisagé.



Prévention


Le meilleur traitement reste la prévention. Il s’agit d’une part de prévenir les traumatismes sur un utérus gravide en restant attentif lors du geste chirurgical. D'autre part, lorsqu’une intervention adhésiogène doit être pratiquée (comportant un risque élevé de formation de synéchie), un contrôle hystéroscopique est préconisé un mois après celle-ci. A ce moment-là, le bilan de la cavité utérine peut retrouver une éventuelle synéchie en début de formation. Elle est souvent encore lâche et peut céder facilement au passage de l’hystéroscope sans nécessiter une intervention chirurgicale. Ce contrôle est proposé essentiellement dans un contexte d’infertilité, dans les cas suivants :

  • Contrôle post-opératoire d’une cure de synéchie afin d’apprécier la qualité de la cavité utérine, l’absence de récidive et la qualité de la colonisation de la zone endommagée par de l’endomètre sain ;

  • Contrôle après myometomie par laparotomie ou par coelioscopie ;

  • Contrôle après résection de fibromes sous-muqueux ou de polypes par hystéroscopie opératoire ;

  • Curetage ou aspiration difficiles ou compliqués d’une rétention trophoblastique chez une femme n’ayant pas d’enfants.

Traitement


Le traitement est chirurgical. Il s’agit de sectionner les synéchies (cure de synéchie) à l'aide d'instruments chirurgicaux introduits dans l'hystéroscope, afin de rendre la cavité utérine la plus proche de la normale. L’intervention s’effectue sous hystéroscopie opératoire. Dans des cas difficiles, elle peut s’effectuer sous contrôle échographique ou coelioscopique afin de vérifier l’absence de perforation utérine par fausse route.



Comentarios


bottom of page